8 mai 2014

Différencier l’entrepreneur social de l’acteur associatif?

 

Cet article invité a été rédigé par notre ami Ismail Chaaouf ; fondateur ‘Alternative Scenarios To Lead New Educational Systems’, Ismail Chaaouf était déjà invité dans un autre article «Leadership éthique et systémique ».

 

Je vous laisse avec son billet, autour l’entrepreneuriat social !

 

Ismail Chaaouf

 

De premier abord vous dites que puisque on vit dans un monde en complexité et évolution constante  il y a eu et il y aura des problèmes sociaux et environnementaux, donc celles et ceux qui bossent jour et nuit afin de les résoudre seront des entrepreneurs sociaux par nature de fonction ?!!!

 

Je vous l’annonce dès le début, Ces personnes ne sont pas des entrepreneurs sociaux.

 

Ils (elles) aident, résolvent des problèmes, participent à des actions et des événements, sensibilisent, adhèrent à des associations, ont de bonnes fois, cherchent le bien de leurs communautés, montent des projets sociaux et environnementaux, organisent des actions au sein de leurs écoles ou au sein  de leurs universités, conduisent des caravanes de la charité à travers les dons ou des caravanes médicales ou de sensibilisation, animent les réseaux sociaux ou  font le « Community Management »,organisent des séminaires sur l’entrepreneuriat social même… Tout cela ne fait pas d’eux des entrepreneurs sociaux.

 

C’est vrai l’effet de la mode, l’effet de la consommation de tout ce qui est nouveau, et aussi l’effet d’avoir d’autres alternatifs de devenir la « star » autres qu’être la star musicale ou de cinéma, tout cela a favorisé une culture  qui envahi de plus en plus le monde et la jeunesse mondiale.

En revanche, l’entrepreneuriat social est loin d’être réduit au simple fait de snobisme, même positif.

Avoir le changement positif coulant dans vos veines à la place du sang ne fait pas de vous des entrepreneurs sociaux.

 

Entrepreneuriat social, reste  encore de l’entrepreneuriat c’est-à-dire un projet économique avec un « modèle économique viable ». Ce dernier, il garantit la soutenabilité et la durabilité de vie du projet et représente une condition sine qua non pour aborder la première partie « entrepreneuriat » de l’expression « Entrepreneuriat Social ».

 

L’entreprise sociale est donc une entreprise et une initiative privée inscrite dans un marché concurrentiel et il serait stérile d’opposer le projet économique au projet social ou environnemental. Cela veut dire un projet social fort exige un projet économique fort aussi.

Qui sont donc les entrepreneurs Sociaux ?

Ce sont des personnes comme vous, des passionnées, des motivées, des personnes avec une vision, des personnes qui partent dans une mission de changement innovant et efficace, des personnes de différents backgrounds et qui veulent tout simplement que leurs vies soient des valeurs ajoutées au monde.

Pour l’être donc (être des entrepreneurs sociaux), ils cherchent des problèmes sociaux ou environnementaux  et ils montent un projet économique viable et durable pour répondre à ces problèmes d’une manière à réconcilier 4 volets importants et primordiaux :

  • Un impact social ou environnemental
  • Un projet économique viable
  • Une gouvernance participative
  • Une lucrativité limitée.

 

who_cares

 

Si les 4 volets sont là, vous pouvez désormais vous considérez en tant qu’entrepreneurs sociaux.

L’impact social ou environnemental constitue la raison d’être de l’entreprise sociale.

Le projet économique représente les activités économiques  garantes de la viabilité du projet et de son impact. Il est aussi un moteur d’autosuffisance financière  du projet pour qu’il puisse perdurer son opérationnalisation et donc son impact positif.

 

La gouvernance participative et l’implication de toutes les personnes concernées dans la prise de décision et la gestion de l’entreprise sociale sont des conditions de réussite qui favorisent l’instauration d’un climat favorable au sein duquel les acteurs concernés peuvent se développer et développer par la suite leur projet leur communauté.

 

Et enfin vient la lucrativité limitée qui veut dire une gouvernance et  une gestion équitable des revenus et rendre la rentabilité au service de la finalité sociale. Cela  on peut la remarquer clairement au niveau d’échelle de salaire choisie par l’entreprise sociale et qui limite les différences financières entre les fondateurs ou les chefs d’entreprises sociales et les employés. Les termes « chef d’entreprise » et « employé » sont des termes utilisés pour l’entrepreneuriat ordinaire et ne sont pas valables pour l’entreprise sociale qui recourt aux termes « leader ou visionnaire » et « responsables ou missionnaires ». Leurs usage donc était en guise de clarification de l’aspect limitation de la lucrativité.

 

En guise de conclusion, l’entrepreneuriat social est la citoyenneté. Et la citoyenneté comme mode de vie adoptée par les individus est une volonté humaniste continue de vouloir faire quelque chose même simple afin de résoudre les différents problèmes sociaux ou environnementaux.

 

Adoptez cet esprit, aidez vous à aider autrui et pensez à entreprendre socialement.

 

Categories: BLOG , Entrepreneuriat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
p2
Ne plus craindre l’échec ! Part 2 – Astuces

  Aujourd’hui, j’aimerais reprendre et continuer à développer l'article « Ne plus craindre l'échec! » suite à quelques demandes des...

échec
Ne plus craindre l’échec!

  Combien d’entrepreneur et des jeunes (comptant à commencer leur business) ont peur d’échec ? Combien ont-ils lancés leur premier essai...

Fermer