30 juillet 2014

Éclairage et analyse du discours royal à l’occasion de la Fête du Trône

 

Un billet qui est complètement différent de mes anciens articles dans ce blog, dont je vous expliquerai la raison et quelques changements de ce blog, dans un prochain article.

Cet article est  une simple analyse et éclairage de discours Royal à l’occasion du quinzième anniversaire de l’arrivée de Mohammed VI sur le trône du Royaume.

Une langue de développement, de croissance et une connaissance approfondie des subtilités et des synergies était au moment comme on s’est habitué. Je ne pourrai pas cacher mon admiration au monarque, qui parcourt sans cesse les pays voisins, du monde, mais aussi les différents villes de notre pays en officiant les petits et grandes projets innombrables.

N’y a pas mieux que d’admettre de s’être trompé, d’admettre se tromper de voie, d’être humble ; c’est ce qui a été prononcé au début de discours en remettant en question, en évaluant les réalisations et en identifiant les déséquilibres afin de pouvoir avancer, de prendre de nouvelles décisions efficaces,  et surtout de développer des nouveaux politiques, qui, sans doute dépendent des élites pour les activer.

Sur le plan économique, les ingrédients révélées sont bien présents et à la une qui détermine la progression de la réussite, notamment à travers la construction des grandes projets économiques et par conséquent une progression intéressante de l’économie ; tels que le plus important parc d’énergie solaire au monde, un réseau autoroutier énorme dans tous le pays afin de répondre aux impératifs de la compétitivité économique et de sécurité, le Plan Vert, le Plan Émergence industrielle et d’autres encore.

Cela, n’a pas été au hasard. Par contre, c’est l’importance d’un nouveau facteur et sa combinaison avec les autres facteurs qui ont permis d’arriver à un degré de maturité ; on parle ici du capital immatériel qui a aidé sans doute, au développement du pays (capital historique, culturel, humaine et social, la stabilité, la qualité des institutions, l’innovation et la recherche scientifiques, etc.). Ce changement de schéma économique de « production » en dématérialisant la production de plus en plus a intensifié le développement dans différents secteurs.

Il est vrai que le Maroc est à l’avant-garde des nations du Moyen-Orient et d’Afrique dans la construction de la démocratie soit à travers l’insistance à la création d’une Union solide Maghrébine qui est nécessaire malgré le conflit qui est tout à fait normal dans toutes les communautés (ce conflit et désaccord ne devra pas être justifié par la fermeture des frontières, surtout que le peuple et les citoyens Maghrébins cherchent et demandent à élever ces obstacles. Même si, malheureusement que toutes les suggestions pour résoudre le problème et le conflit trouvent une intransigeance et refus), soit à travers l’insistance à la création d’une union et un système arabe cohérent, intégré, et unifiée économiquement et politiquement viable pour la défense de l’unité Arabe (surtout, que sur le plan Arabe la situation est grave notamment en Syrie, Irak et en Palestine, à travers les conflits sectarisme qui augmente souvent la tragédie humaine). N’oubliant pas au niveau Africain, dont l’Afrique est en mesure de réaliser sa reconnaissance en s’appuyant sur leurs jeunesses et leurs capacités, sur ce, il faut une coopération régionale inter-africaine pour une exploitation et développement commun et efficace des richesses et des éléments de l’Économie du continent.

Autre angle à ne pas laisser tomber est celui de niveau européen dont le succès des négociations en cours pour un libre-échange complet et approfondi entre le Maroc et l’Europe en intégrant l’économie Marocaine dans le marché intérieur de l’Union Européenne. Aussi, en termes de développement des partenariats et de relations plus largement, en particulier avec la Fédération de Russie et la République populaire de Chine prochainement.

Tous cela, a engendré un cadre de stabilité, de confiance et de  crédibilité qui permettent de stimuler l’investissement au pays.

La vision du roi doit être félicitée parce qu’elle constitue un modèle unique, intégrant les meilleures idées d’aujourd’hui pour le changement social progressif. Sa mise en œuvre doit se faire avec l’urgence, l’investissement et l’efficacité qu’elle mérite pour le bien du peuple marocain et de servir comme une voie alternative pour d’autres pays.

Bien sûr, des défis sont nombreux à relever, et malheureusement qui n’ont pas été présents au discours, qui résident principalement dans le développement humain qui est considéré moyen comme niveau, selon le dernier rapport de classement d’IDH. Dont l’éducation et le revenu national brut par habitant sont les principaux axes qui exigent et nécessite un développement et construction sérieuse.

Sinon, je crois que c’est le moment pour féliciter mais aussi de faire avancer résolument. Et je ne néglige pas de vous présenter l’un des commentaires sur le réseau social Facebook, d’un ami Amine Laghidi qui croit et travaille durement pour voir le Maroc émerger en leader régional : « c’est NOTRE devoir à tous de mener cette mission à bon port et de concrétiser cette vision! Chacun de son point de responsabilité, chacun selon ses capacités et compétences, chacun dans sa diversité, mais TOUS UNIS par une vision commune, un leadership commun et un amour commun pour ce pays et pour nos compatriotes! »

Categories: BLOG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
pivoter
Comment pouvez-vous pivoter votre projet?

  A chaque vie d’un produit ou d’un projet, connaît des hauts et des bas. L’entrepreneur ou la personne qui...

who_cares
Différencier l’entrepreneur social de l’acteur associatif?

  Cet article invité a été rédigé par notre ami Ismail Chaaouf ; fondateur ‘Alternative Scenarios To Lead New Educational Systems’,...

Fermer