13 novembre 2017

Qu’est ce qui fait un bon vendeur ?

Beaucoup me demande qu’est ce qu’il fait la différence entre un bon vendeur et un mauvais. Personnellement, je trouve qu’un bon vendeur doit avoir au moins deux qualités de base: l’empathie et le dynamisme de l’ego.

 

La capacité à ressentir ou l’empathie : l’une des plus importante capacité de sentir, comme l’autre le fait, pour pouvoir lui vendre un produit ou un service. Avoir de l’empathie ne signifie pas forcément être sympathique. On peut savoir ce que ressent l’autre sans être d’accord avec ce sentiment. Mais un vendeur ne peut tout simplement pas bien vendre sans la capacité inestimable d’obtenir de commentaires du client grâce à l’empathie.

Le vendeur avec une empathie faible vise la cible (le client) du mieux qu’il peut et poursuit son process de vente, mais si sa cible ne se comporte pas comme prévu, la vente est ratée. Contrairement au vendeur avec une bonne empathie ressent les réactions du client et il est capable de s’adapter à ces réactions. Il n’est pas simplement lié à une piste de vente préparée, mais il fonctionne en termes d’interaction réelle entre lui et le client. Sentant ce que le client ressent, il est capable de changer de rythme, de revenir sur sa piste et de faire toutes les modifications créatives nécessaires pour atteindre la cible et conclure la vente.

o-BUSINESS-SALES-

Le besoin de conquérir et persuader: la deuxième qualité de base absolument nécessaires à un bon vendeur est un type particulier de commande de l’ego qui lui donne envie de faire la vente d’une manière personnelle ou pour son ego, et pas simplement pour l’argent qui va gagner. Son sentiment c’est qu’il doit faire la vente; le client est là pour l’aider à satisfaire son besoin personnel. En effet, pour le meilleur vendeur, une affaire ou une vente fournit un puissant moyen de renforcer son ego. Son image de soi s’enroule dramatiquement en vertu de la conquête et diminue avec l’échec.

En raison de la nature du monde des ventes, le vendeur rencontrera souvent des échecs qui vont diminuer son image de soi. Alors, que ces échecs devront agir comme des déclencheurs, comme une motivation, qui, avec le succès, apporteront d’amélioration de son ego.

 

L’empathie du vendeur, couplée à son intense dynamisme de l’égo, lui permet d’attendre efficacelemtn la cible et de réaliser plus de ventes. Il a le dynamisme, la nécessaire de faire la vente et son empathie lui donne l’outil de connexion pour le faire.

 

Categories: BLOG , Entrepreneuriat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
100
Amer Benouda intervient dans l’Europe Centrale et Orientale

Lors de la 10e édition du Forum économique des jeunes Leaders organisé en Pologne à Nowy Saçz, Amer BENOUDA était...

marocchine
Libre-échange Chine-Maroc : le pari peut être gagnant

  Le roi Mohamed VI s'est rendu en visite officielle en Chine les 11 et 12 mai où ils ont été...

Fermer